éditions Théâtrales

Clémence Weill

Clémence Weill, née à Paris en 1984, est comédienne, metteuse en scène et autrice.
Formée comme comédienne à l’école Claude-Mathieu, elle a appris et travaillé avec Jean-Louis Hourdin, Matthias Langhoff, Emmanuel Demarcy-Mota, Marie Vaiana, Didier Bailly, Jacques Hadjaje et dans de nombreux spectacles de rue.
Depuis 2006, elle a notamment adapté et mis en scène L’Opéra du dragon de Heiner Müller, Mars d’après Fritz Zorn, La Ménagerie de verre de Tennessee Williams, Mesure pour mesure d’après Shakespeare. Musicienne de formation, elle a dirigé avec Jean-Claude Vannier L’Histoire de Melody Nelson et L’Enfant assassin des mouches à la Cité de la Musique.
Depuis 2012, elle se tourne davantage vers les écritures originales, collaborant en création collective ou par l’écriture plateau avec différentes compagnies (Collectif Des clous dans la tête, Compagnie Rêvages, Compagnie Enascor, Fabrique des Petites Utopies…).
En parallèle, elle poursuit un parcours d’autrice plus solitaire ; elle travaille également à l’écriture de scénarios, d’articles, de romans graphiques et collabore avec des plasticiens pour des événements pluridisciplinaires et citoyens.
En 2014, elle cofonde le club d’auteurs ACMÉ (Appuyés Contre un Mur qui s’Écroule) avec Aurianne Abécassis, Marc-Antoine Cyr, Solenn Denis et Jérémie Fabre.
Clémence Weill cherche à inventer des formes littéraires en prise avec l’actualité du monde. Ses pièces se conçoivent comme des patchworks mélangeant les styles d’écriture pour interroger le spectateur sur la société dont il est membre. Elle s’y inspire de tous types de matières écrites ou orales qu’elle récolte en gré de ses voyages et de résidences en France ou ailleurs. Elle tresse ensuite ces différents éléments et les fictionnalise, créant ainsi des pièces en collages, qui laissent une grande liberté aux metteurs en scène et proposent une véritable partition aux acteurs, au sens musical du terme.
La plupart de ses œuvres naissent de rencontres et de commandes qui interrogent le rapport scène/salle, les codes du spectacle vivant et de la représentation. Ces formes apparemment éclatées visent à pousser le public à questionner la réalité des mots, des discours, des images, son libre arbitre et sa responsabilité face au monde.
Elle a écrit pour le théâtre :
Morning Personne – fresque historico-familiale (d’après Calderón de Pasolini) ;
Pierre. Ciseaux. Papier. (publié aux Éditions Théâtrales en 2013, texte lauréat des Journées de Lyon des Auteurs dramatiques, Grand Prix de littérature dramatique 2014), mise en scène de Laurent Brethome, compagnie Le Menteur volontaire, Théâtre Sorano, Toulouse, Théâtre du Rond-Point, Paris, 2016 ;
T.R.Ä.U.M.E., créé par le Støken Teartet’, Espace culturel d’Eguisheim, 2014 ;
À force d’appeler ça ma vie (hommage à Samuel Beckett) ;
Les Petites Filles par A + B, mise en scène de Sarah Lecarpentier, Compagnie Rêvages, Le Grand Bleu, Lille, 2015 ;
Variable ajustable (traduit en anglais par Simon Scardifield et en catalan par Gemma Beltran), mise en voix de Ferran Dordal i Lalueza, Sala Beckett, Barcelone, 2015 ;
Torino 2CV (écrit en résidence à Saint-Antoine l’Abbaye, Textes en l’air 2015) ;
Plus ou moins l’infini (publié aux Éditions Théâtrales en 2016, résidence à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon, 2013).
fiche modifiée le 23/03/2016

Livres, textes & traductions de Clémence Weill

Livres de Clémence Weill

Spectacles référencés sur theatre-contemporain.net référencer les vôtres

Dernièrement à l'affiche

Pierre. Ciseaux. Papier.

Pierre. Ciseaux. Papier.

De
  • Clémence Weill
mise en scène
  • Laurent Brethome
Plus ou moins l’infini

Plus ou moins l’infini

De
  • Clémence Weill
lecture
  • Martin Faucher
Les Petites filles par A + B

Les Petites filles par A + B

De
  • Clémence Weill
mise en scène
  • Sarah Lecarpentier