éditions Théâtrales

Édition papier (2017) 10,00 € acheter chez nos libraires
  • 60 pages
  • ISBN 978-2-84260-737-1
  • Collection : En scène
fiche modifiée le 02/03/2017

La Source des saints

Texte original en anglais traduit en français par
Mary et Martin Doul sont aveugles. Ils mendient, se chamaillent, bavassent et rêvent d’une vie meilleure. Et de la belle Molly Byrne, aussi. Alors, quand un saint ayant le pouvoir de guérir leur cécité est annoncé, ils n’hésitent pas un seul instant : à eux les beautés de la vie, à eux toutes les possibilités du monde ! Mais c’est compter sans les mensonges, la brutalité et l’implacabilité des hommes.
Auteur majeur du théâtre irlandais du XXe, poète, prosateur, John Millington Synge est mal connu en France malgré la force et l’universalité de ses écrits. Son théâtre novateur, d’un réalisme lyrique entre gravité et humanisme, a su toucher et inspirer des générations d’auteurs, de Samuel Beckett à Brian Friel.
Synge offre avec La Source des saints une pièce d’une drôlerie acerbe et d’une étonnante modernité où ceux qui voient sont aveugles, et où ceux qui sont plongés dans les ténèbres sont clairvoyants. Un classique du théâtre irlandais, une langue unique et d’une grande poésie magnifiquement portée par la traduction nouvelle et radicale de Noëlle Renaude.
Michel Cerda crée cette comédie en trois actes au Studio-Théâtre de Vitry dans une mise en scène qui met en lumière la force politique et poétique de cette belle ode à la liberté.
Dans la presse
Superbement restitué [...] par la traduction de Noëlle Renaude qui vient de paraître aux éditions Théâtrales, le langage des marginaux de Synge est toutefois porteur d’un bonheur et d’une liberté absents du théâtre de l’absurde : ceux qui résident dans le maniement des mots.
Anaïs Heluin, La Terrasse, n°251, janvier 2017

Puissant, nuancé, virtuose.
Armelle Héliot, Le Figaroscope, janvier 2017

Une drôle de fable savamment grinçante.
Patrick Sourd, Les Inrocks, février 2017

Il faut remercier Noëlle Renaude d’avoir recherché – et trouvé – en français un pendant à la langue de Synge faite d’herbes noueuses, de rocaille, de boue et de brume.
Jean-Pierre Thibaudat, Le Club de Mediapart, janvier 2017
Personnage(s)
  • 5 homme(s)
  • 3 femme(s)
  • 1 foule
Soutiens
  • Compagnie le Vardaman