éditions Théâtrales

Édition papier (2017) 16,00 € acheter chez nos libraires
fiche modifiée le 24/07/2017

Tout entière / Et le ciel est par terre

Deux nouveaux univers théâtraux unis par une grande maîtrise littéraire et dramaturgique : Guillaume Poix, l’auteur du très repéré Straight, propose des textes à l’écriture puissante et à la théâtralité immédiate.
Soutiens
  • Publié avec le concours du Centre national du livre

Détail des textes présents dans ce livre

Tout entière

On la croit Tout entière exposée dans ses autoportraits. Elle est en fait insaisissable, changeante, tour à tour monstre et merveille. L’auteur fait de Vivian Dorothy Maier une figure mythologique, hydre des temps modernes, dont certaines facettes nous sont encore très mystérieuses. Il tente d’apprivoiser  par la fiction cette photographe et nounou discrète, qui a du mal à se laisser tirer le portrait et pourrait bien retourner le viseur contre celle qui tente de l’enfermer dans une petite boîte noire… Dans ce face-à-soi, le monologue se dédouble et laisse entendre la voix de l’artiste dont les rafales de mots sont autant de clichés dangereux à développer.
Personnage(s)
  • 1 femme(s)

Et le ciel est par terre

Avec Et le ciel est par terre, on est pris de vertige devant l’immensité du vide qui se creuse peu à peu entre les quatre membres d’une même famille — la mère, son fils et ses deux filles. Tandis que devant eux les tours de la cité sont détruites et tombent une à une, les secrets restent bien gardés, emmurés comme ceux qui les portent. Dans ce huis-clos où l’amour ne se vit plus qu’en luttant, on s’échappe par le déni, le silence — ou l’humour.
Prix & récompenses
Lauréat 2017 de Scenic Youth - prix des lycéens pour les nouvelles écritures de théâtre organisé par la Comédie de Béthune
Personnage(s)
  • 1 homme(s)
  • 3 femme(s)
Plus d'informations
Retrouvez sur www.lechodesplanches.info la rencontre entre Guillaume Poix et Pierre Banos autour de Tout entière / Et le ciel est par terre à la Maison Jean Vilar lors du Festival d'Avignon 2017.

Entretien avec Guillaume Poix :