éditions Théâtrales

Édition papier (2004) 20,00 € acheter chez nos libraires
fiche modifiée le 27/04/2017

  • Collectif

Carnets de la marionnette, Vol. 2
Pédagogie et Formation

Les Carnets de la marionnette constituent une nouvelle collection d’ouvrages sur le théâtre de marionnettes, plus particulièrement consacrée à la transmission des connaissances sur la pratique de cet art.

Ce deuxième volume, dirigé par Evelyne Lecucq, est consacré à la pédagogie et à la formation. Il fait le point sur la transmission de l’art de la marionnette dans l’hexagone. La formation initiale des futurs marionnettistes : ESNAM, école du Théâtre aux mains nues, la marionnette dans la formation des jeunes acteurs à l’ERAC et au TNS, la formation des artistes en exercice : expériences de compagnonnage, initiations aux nouvelles technologies et autres médias. La marionnette dans l’Éducation nationale, de l’école primaire à l’université.

Ce tour d’horizon national est complété par des échos de la pédagogie en Allemagne, en Espagne et au Québec et par des témoignages de projets menés dans les territoires palestiniens et en Afrique francophone. En mêlant récits d’expériences et réflexions de praticiens, Pédagogie et Formation initie ainsi un dialogue à poursuivre de bien des manières.

Comme chaque volume de la collection, il est accompagné d’un texte pour marionnettes ; ici Les Gens légers de Jean Cagnard. Avec les contributions de : Marthe Adam, Luc Amoros, Sylvie Baillon, Joan Baixas, Georges Banu, Isabelle Bertola, Lucile Bodson, Stéphane Braunschweig, Grégoire Callies, Christian Chabaud, Michelle Gauraz, Raymond Godefroy, François Guizerix, Werner Knoedgen, Jean-Claude Lallias, François Lazaro, Alain Lecucq, Pascal Mesnier, Gilbert Meyer, Joëlle Noguès, Sylvie Osman, Alain Recoing, Arnaud Rykner, Massimo Schuster, Jacques Templeraud.

Soutiens
  • Publié avec le concours du Centre national du livre

« Ça raconte ça, ce voyage qui a conduit six millions de gens à perdre ce qui les composait pour devenir ce qu’on leur demandait, une fumée noire. Pour cela, il fallut s’alléger, de poids, d’esprit, prendre la prouesse de l’oubli au centre de soi, apprendre sans peau et sans frontière. »

Un texte très fort et très subtil, écrit pour le théâtre de marionnette.

Personnage(s)
  • 15 personnages environ (enfants, femmes et hommes (marionnettes))
Genre(s)
Thème(s)
Durée

60 minutes