éditions Théâtrales Jeunesse

Antigone sous le soleil de midi

de Suzanne Lebeau

Carnet artistique et pédagogique


Carnet artistique et pédagogique rédigé par Isabelle Gerin, professeure de lettres modernes au collège ayant animé pendant 15 ans un atelier de théâtre.

Le texte

Qui n’a jamais entendu le nom d’Antigone ? Celle qui se dresse contre l’injustice demeure plus que jamais une source d’inspiration et un modèle.

Suzanne Lebeau s’est emparée de ce mythe pour le raconter à hauteur d’adolescent·e. Depuis la méprise fatale d’Œdipe, tuant son père et épousant sa mère, jusqu’à la révolte d’Antigone, refusant de laisser son frère sans tombeau et enfreignant l’interdit de son oncle Créon, elle redonne vie à cette histoire terrible et fascinante.

Mêlant le récit du chœur aux voix de Créon et d’Antigone, la pièce dévoile toute la complexité des liens du sang et interroge : que doit-on suivre, la loi ou notre conscience ? Et qu’est-ce que gagner veut dire ?

L’autrice

JPEG - 1.7 Mo

Suzanne Lebeau, née au Québec (Canada), se destine à une carrière d’actrice. Mais après avoir fondé la compagnie de théâtre Le Carrousel à Montréal avec Gervais Gaudreault en 1975, elle délaisse l’interprétation pour se consacrer à l’écriture. Aujourd’hui, elle a 32 pièces originales, trois adaptations et plusieurs traductions à son actif et est reconnue internationalement comme l’une des cheffes de file de la dramaturgie pour jeunes publics. Elle compte parmi les auteurs québécois les plus joués à travers le monde, avec plus de 250 productions répertoriées sur tous les continents. Ses œuvres sont traduites en 28 langues et publiées dans de nombreux pays. Une lune entre deux maisons (la première pièce canadienne écrite spécifiquement pour la petite enfance), L’Ogrelet et Le bruit des os qui craquent ont été traduites respectivement en six, treize et dix langues. Suzanne Lebeau a enseigné l’écriture pour jeunes publics à l’École nationale de théâtre du Canada pendant treize ans et elle agit comme conseillère auprès des jeunes auteurs d’ici et d’ailleurs.

Sa contribution exceptionnelle à l’épanouissement de la dramaturgie pour jeunes publics lui a valu de nombreuses reconnaissances dans son pays, dont le Prix du Québec (2010), le Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle (2016), le Prix RIDEAU Hommage (2013), le Prix Gascon-Thomas décerné par l’École nationale de théâtre du Canada (2013), l’hommage de CINARS (2012) et le grade de compagne de l’ordre des Arts et des Lettres du Québec (2019) ; mais aussi en France où elle a reçu le Prix de la Belle Saison pour l’ensemble de son œuvre (Centre national du théâtre, 2015) et a accédé au grade de chevalière de l’ordre des Arts et des Lettres (2016). Elle a été faite chevalière de l’ordre de la Pléiade de l’Assemblée internationale des parlementaires de langue française en 1998. En 2009, Le bruit des os qui craquent a reçu en France le Prix Sony Labou Tansi des lycéens et au Canada le Prix littéraire du Gouverneur général, catégorie théâtre. Trois petites sœurs a remporté le Prix Louise-LaHaye du CEAD (Centre des auteurs dramatiques francophones du Québec et du Canada) en 2019.