éditions Théâtrales

Henri Bornstein

Après un diplôme d’ingénieur, Henri Bornstein suit des études musicales et théâtrales. Il fonde à Toulouse en 1985 la compagnie de théâtre Nelson Dumont avec laquelle il met en scène une quinzaine de spectacles dont Catch d’après Mythologies de Roland Barthes, Richard III de Shakespeare, Le Cimetière des fous d’après le roman de Dan Franck, Le Torero de salon d’après Camilo José Cela, Chicken et Brien le fainéant de Gregory Motton, Toujours l’orage d’Enzo Cormann et Alphonse de Wajdi Mouawad..

Formateur au Centre de formation des musiciens intervenants à l’université de Toulouse II - Le Mirail jusqu’en 1990, il enseigne l’art dramatique au Conservatoire national de région de Toulouse de 1984 à 1997.

De 2002 à 2017, il est directeur artistique de « La Manufacture des sons », un projet d’éducation artistique et de sensibilisation au théâtre musical. Dans ce cadre, il met en scène Bouli Miro de Fabrice Melquiot, Le Pont de pierres et la Peau d’images de Daniel Danis, Qui dit qui ? d’après Yves Lebeau, ainsi que plusieurs de ses propres textes : J’aurais tant aimé, Un A dans la fenêtre, Elles, Boule et Masse.

En 2010, il mène avec sa compagnie « Faire tomber les murs », un projet qui implique les habitants du Mirail, à Toulouse, dans l’écriture et les représentations de spectacles. Le but est de donner la parole aux « sans voix » et aux « invisibles » et d’attirer l’attention sur des questions de société. Ce projet se prolonge par l’édition des textes accompagnés d'articles universitaires, des résidences d’auteurs et le festival Les Théâtrales de Desbals.

En 2010, paraît aux éditions Théâtrales son premier texte de théâtre jeune public, Mersa Alam, suivi en 2011 de Frère et sœur, en 2015 de Moi, Arcan (prix de littérature dramatique des collégiens Collidram 2016) et en 2017 de Je m’appelle Aimée. Variations. Entre-temps, il écrit deux pièces courtes pour acteurs adolescents, Une histoire de Sylvain (commande de la Compagnie du Réfectoire, parue dans le recueil collectif Si j’étais grand 4 en 2016) et Défense d’entrer (commande du Théâtre du Pélican, parue dans le recueil collectif Nouvelles mythologies de la jeunesse en 2017).

L’univers d’Henri Bornstein est ancré dans le réel et ses aléas, mais sa proximité avec la musique entraîne son écriture vers une poésie sonore. Ses personnages, s’émancipant d’un déterminisme social exigu, dépassent toujours ce à quoi ils étaient assignés.

En 2018, avec le Conseil départemental de la Haute-Garonne, il impulse « Jeunes paroles en je(u) », un dispositif de découverte et de valorisation de textes d’auteurs dramatiques contemporains destiné aux collégiens et impliquant le réseau des bibliothèques départementales. Les artistes développent des ateliers d’écriture et bénéficient d’une bourse pour écrire une œuvre sur le thème « Parole au féminin ». Sandrine Roche est la première invitée de la saison 2018-2019.


fiche modifiée le 14/09/2018

Livres, textes & traductions de Henri Bornstein

Livres de Henri Bornstein

Spectacles référencés sur theatre-contemporain.net référencer les vôtres

Dernièrement à l'affiche

Mersa Alam

Mersa Alam

De
  • Henri Bornstein
mise en scène
  • Sophie Pincemaille