éditions Théâtrales

Édition papier (2016) 18,00 € acheter chez nos libraires
fiche modifiée le 05/01/2018

L’Odeur des arbres et autres pièces

Ces trois pièces aux distributions modulables sont unies par la perte d’un père ou d’un fils, mais également par la langue charnelle empreinte d’une grande virtuosité et d’une précision romanesque, révélatrice, une nouvelle fois, du théâtre de Koffi Kwahulé.

Dans la presse
L’Odeur des arbres vient ainsi couronner une écriture singulière, aussi romanesque et musicale que théâtrale. [...] Lecteurs ou spectateurs, nous sommes pris à témoin du conflit entre valeurs anciennes et négociations post-modernes qui, lorsqu’il ne produit pas de meurtre, engendre beaucoup de mélancolie.
Christophe Bident, Le Magazine Littéraire (oct. 2017), disponible ici.

Entretiens de Koffi Kwahulé à lire dans La Terrasse, Mouvement et Afrique-Asie.
Soutiens
  • Publié avec le concours du Centre national du livre

Détail des textes présents dans ce livre

L’Odeur des arbres

Dans L’Odeur des arbres, on assiste au retour d’une femme dans sa ville natale, en Afrique, après plusieurs années d’absence. Elle revient, mue par la nécessité de connaître les circonstances de la mort de son père. Mais sa fratrie, comme cette terre d’enfance, s’est modernisée et lui est devenue hostile.

Prix & récompenses
Grand Prix de littérature dramatique 2017
Prix des lycéens Bernard-Marie Koltès (TNS) 2018
Texte distingué par le Bureau des lecteurs de la Comédie-Française
Personnage(s)
  • 2 homme(s)
  • 2 femme(s)
Durée

90 minutes

Un doux murmure de silence

Un couple désorienté par le décès récent de leur fils, soldat en Afghanistan, tente de renouer le fil de leur vie en menant des ateliers d’écriture en prison. Matéo, un jeune détenu, les fera vaciller entre réalité et fantasme.

Personnage(s)
  • 2 homme(s)
  • 1 femme(s)
Dramaturgie(s)
Genre(s)
Durée

90 minutes

Le Jour où Ti’zac enjamba la peur

Un jeune homme, Ti’zac, voudrait comprendre les raisons de la disparition de son pêcheur de père, et soupçonne le bateau qui longe la côte de l’avoir happé. Mais la petite communauté s’en moque, trop occupée à manger et aimer. Jusqu’au jour où Ti’zac enjambe la peur. Une farce savoureuse sur la transmission.

Personnage(s)
  • 4 homme(s)
  • 2 femme(s)
  • 1 chœur et 1 orchestre
Durée

80 minutes