éditions Théâtrales

Édition papier (1996) 25,90 € acheter chez nos libraires
fiche modifiée le 26/04/2017

Théâtre complet, Tome I
Le Peintre minute ou l’Art et Mammon / Les Jeunes Gens / L'Éveil du printemps / Le Spectre du soleil

Traduction
Dans son théâtre, Wedekind voulait « graver les phrases comme des mots vivants dans les âmes », disait Heinrich Mann, pour qui l’auteur de Lulu n’était pas seulement un poète bohème et un briseur de tabous, mais un « pionnier en littérature de la carrure de Flaubert au seuil de l’époque moderne ». Et, de fait, Wedekind a largement influencé le théâtre expressionniste et marqué les auteurs du XXe siècle, à commencer par Bertolt Brecht.

Ses vingt et une pièces sont publiées en sept volumes. L’ordre retenu est l’ordre chronologique des premières publications dans l’édition allemande.
Dans la presse
Ces traductions restituent un extraordinaire ton de défi et de modernité et une époque qui fascine à la fois par son éloignement et sa modernité.
Gilles Costaz, Le Magazine Littéraire.

Placée sous le signe du désir et de la liberté, l’œuvre de Wedekind est un prisme sans fond.
Odile Quirot, Le Nouvel Observateur
Édition sous la direction de Jean-Louis Besson.
Soutiens
  • Ouvrage traduit et publié avec le concours du Centre national du livre. Ouvrage traduit et publié avec le soutien de la Maison Antoine Vitez.

Détail des textes présents dans ce livre

Le Peintre minute ou l'Art et Mamon

Texte original en allemand traduit en français par
Fridolin, artiste peintre méconnu, prostitue son génie en peignant à la commande et dans la minute les sujets que les clients lui imposent, Fridolin aime Johanna, la fille chérie de Pancrace Knapp, " négociant et propriétaire d’usine ". Lequel préfère pour gendre un dangereux escroc qui se prétend l’inventeur du sucre de pommes de terre. Sur ce canevas de comedia dell’Arte avec son cortège de figures burlesques, Wedekind distribue quiproquos et rebondissements jusqu’au dénouement " tragi-comique " : L’escroc est démasqué et Fridolin, après un suicide raté, renonce à l’art et épouse la fille de son futur patron.

La première pièce de Wedekind et, à l’état brut, la marque de son génie : l’esprit du cirque transposé dans le langage de la scène.
Personnage(s)
  • 15 homme(s)
  • 3 femme(s)

Les Jeunes gens

Texte original en allemand traduit en français par
Un cercle de jeunes filles se révoltent pour lutter contre l’ignorance dans laquelle les maintient l’indigente instruction qu’elles reçoivent et le mariage comme seul horizon. Elles contractent l’engagement de ne pas se marier avant d’avoir amélioré la condition faite aux femmes, mais leur belle unité est très vite mise à mal par l’apparition de deux hommes aussi jeunes que beaux. Un noyau dur de trois jeunes filles résiste, et la pièce confronte alors leurs convictions à l’usure du temps.

Une pièce dans la filiation de Maison de Poupée, qui règle au passage quelques comptes avec le naturalisme et Gerhart Hauptmann, caricaturé sous les traits d’un poète creux et vaniteux.
Personnage(s)
  • 5 homme(s)
  • 8 femme(s)

L'Éveil du printemps

Texte original en allemand traduit en français par
Écrite en 1890 et publié en 1891, cette " tragédie enfantine ", raconte les affres de la sexualité chez les adolescents, au temps dit de la puberté : de toute la sexualité, et de toutes les sexualités. Melchior et Moritz, une belle amitié de collège, Wendla, aimée de Melchior, leurs amours, leurs camarades, leurs parents, répressifs ou compréhensifs, leurs professeurs, assez idiots, la curiosité sexuelle dans des circonstances qui conduisent à la mort : par l’avortement, par le suicide.

Que les adultes se montrent doux ou répressifs, cela ne change pas grand-chose à la rencontre que garçons et filles font avec le sexe, ce " réel ". Comique ou tragique, ce qu’ils cherchent et trouvent, cela s’appelle tout de même la jouissance. C’est aussi ce qu’en attend le spectateur, initié à leurs mystères.

Le Spectre du soleil

Texte original en allemand traduit en français par
" Une idylle empruntée à la vie moderne ", dit le sous-titre. Son cadre : un bordel dans un parc enchanteur. Dans ce lieu " où l’on ne fait de mal à personne ", Madame, assistée du docteur Puvlowsky, veille sur sept jeunes pensionnaires, offertes aux avances d’autant de jeunes clients. Jeux de piques, jeux de cœurs, cocasses et cruels, la fête, car c’en est une, culmine dans l’initiation d’une " nouvelle ", neuve à souhait, qui a forcé la grille d’entrée parce qu’elle "n’en pouvait plus d’attendre ".

Un hymne ambigu à la liberté des corps. Féerique à même l’ordinaire.
Personnage(s)
  • 11 homme(s)
  • 9 femme(s)